Expression de l’opposition – Mensuel octobre 2014

logo Saint-Gregoire SolidaireNotre commune face à la baisse des dotations de l’Etat

Nous sommes quatre conseillers élus de l’opposition. Fidèles à notre engagement quant au devenir de la ville de Saint-Grégoire
et en fonction des places proposées par l’équipe actuelle, voici nos différentes participations aux instances de la commune et de
Rennes Métropole.

Les dotations de l’Etat aux collectivités à la baisse

Les gouvernements successifs n’ont cessé de différer l’équilibre des comptes publics. Le remboursement de la dette correspond
au premier budget de l’état, avant même celui de l’Education Nationale ! Cela n’est plus tenable. On peut discuter sur le rythme
du désendettement retenu par les Etats Européens, mais on ne doit pas transiger sur l’objectif, celui de réduire nos déficits, sans
mettre à mal l’investissement et la création d’emploi.

Le gouvernement veut avancer vite sur la réforme des collectivités locales avec la réalisation d’économies par une diminution des dotations de l’Etat aux collectivités locales de 11 milliards d’ici 2017, soit une réduction de près de 25% par rapport à leur niveau actuel.

Cette réduction des dotations aura des répercussions sur l’économie locale. Il faut savoir que, dans certains secteurs comme le bâtiment, le chiffre d’affaires des entreprises dépend pour un tiers, voire pour la moitié, de la commande publique.

L’impact pour Saint-Grégoire

Avant les élections municipales de 2014, nous savions déjà que la dotation globale de fonctionnement allouée par l’Etat à notre
commune baisserait de 75 000 € en 2014, de 150 000 € en 2015 et probablement encore plus les années suivantes. Ceci nous avait incités à la prudence lors de la campagne.

Finalement, cette baisse atteindra 600 000 € en 2017. Cela représente un peu plus de 5% de nos recettes de fonctionnement
2013. C’est donc conséquent. Autre comparaison utile : ce montant est légèrement inférieur à ce que la commune s’est engagée à payer tous les ans pendant 20 ans pour le Centre Aquatique inauguré le mois dernier.

Cette baisse équivaut aussi à 15% des taxes foncières et communales perçues par notre commune. Mais, comme nous, l’actuelle majorité a exclu, lors de la campagne municipale 2014, toute augmentation des impôts locaux pendant ce mandat.

Il va donc falloir trouver d’autres solutions.

Contenir les dépenses de fonctionnement et mutualiser services et équipements

Pour éviter une augmentation des impôts locaux et limiter la réduction des dépenses d’investissement, il faudra contenir les
dépenses de fonctionnement, voire les réduire, ce qui demande du temps et des efforts, et mutualiser des services et des équipements structurants avec les communes proches. Pour la piscine, c’est trop tard. Pour certains services et pour d’autres investissements majeurs à venir, tout reste à discuter avec nos voisins et notre métropole.

Vous pourriez aussi aimer...