Expression de l’opposition – Bimestriel septembre – octobre 2017

 

Un éco-quartier au Bout du Monde ?

Deux concertations devraient s’achever d’ici fin 2017 : rénovation de La Forge et création d’une Zone d’Aménagement Concertée (ZAC) multi-sites regroupant le centre-ville et la zone du Bout du Monde.

La deuxième, obligatoire, a peu mobilisé. Elle est plus technique, du fait de la réglementation ZAC, et les habitants déjà établis se sentent moins concernés par la création d’un nouveau quartier.

Pour le Bout du Monde, nous voyons huit enjeux qui devraient guider la municipalité pour établir en commission, puis valider en Conseil Municipal, le cahier des charges du ou des aménageurs:
retour d’expérience de la ZAC Champ Daguet
mixité sociale : l’aide-soignante, comme le médecin ou le chirurgien, ou le jeune qui débute sa carrière, comme le cadre supérieur confirmé, doit y trouver sa place.
déplacements dans le quartier et entre quartiers: parts respectives, éventuellement partagées, de la voiture et des transports collectifs et doux. Le bus dans les nouveaux quartiers est vu par ses usagers comme un bienfait et par les autres comme une nuisance, voire un danger. La voiture, omniprésente dans nos villes saturées, est perçue pareillement par les piétons et cyclistes. Et la question du pont sans lequel le centre-ville sera asphyxié !
diversité de lieux et d’activité : habitations, espaces publics, activités économiques, services publics, établissements scolaires, commerces et services de proximité, équipements culturels, sportifs et citoyens
formes urbaines : elles devront permettre une mixité harmonieuse entre habitats collectif et individuels
sobriété : réduction ambitieuse des émissions de gaz à effet de serre afin de lutter contre le changement climatique : limitation des besoins en énergie, développement des énergies renouvelables, mobilité grâce à des modes de déplacement « doux ».
gestion durable des ressources naturelles et choix de matériaux de construction à faible impact environnemental.
gestion partagée de l’espace public par la création de jardins familiaux.

Un éco-quartier a vraiment sa place dans la boucle du canal d’Ille-et-Rance : économe en consommation d’espace, préservant au mieux une zone naturelle très riche, écoresponsable dans son empreinte sur l’environnement, proche et distant. Les espaces de respiration doivent y côtoyer les espaces de vie.

Saint-Grégoire doit rester une ville nature.

Vous pourriez aussi aimer...