Expression de l’opposition – Bimestriel janvier – février 2018

Bonne et heureuse année 2018

Chers lectrices et lecteurs,

Nous vous présentons nos vœux les plus chaleureux à vous et à vos proches : santé et bonheur. Que 2018 voie vos projets se réaliser avec succès.

Notre police municipale sera armée

Ainsi donc en a décidé le maire de Saint-Grégoire: les policiers municipaux porteront dorénavant une arme létale de type magnum 357. C’est une première dans l’agglomération rennaise. Notre ville fait ici figure de précurseur. On en parle même dans les médias. Avantages ? Inconvénients ? On peut en débattre.

Le contexte actuel – national et international – d’insécurité explique que les agents de la force publique puissent avoir des craintes : être menacés pour eux-mêmes, ne pas disposer de moyens de coercition efficace en cas de danger avéré… Les médias communiquent beaucoup sur le stress qu’engendre le métier.

Rappelons cependant qu’il n’existe pas de zones de non droit à Saint-Grégoire et que le territoire communal paraît a priori plutôt paisible. L’inquiétude qui a motivé la demande d’armement est-elle donc justifiée ? Débat difficile donc et nul ne sait ce que l’avenir promet.

Jusqu’il y a peu, on distinguait clairement les missions de la police nationale de celles des polices municipales. Aujourd’hui des convergences sur le terrain se produisent lors de certaines manifestations. Des solidarités se créent, des comparaisons se font.

Une évidence pourtant, et pour tous, la banalisation de l’usage des armes à feu, fût-ce dans les mains des forces de l’ordre, présente des risques. Et ce n’est pas un stage de manipulation d’une durée de 15 jours qui suffit pour se préparer mentalement à affronter des situations extrêmes.

La police nationale, elle, est entraînée et confrontée au quotidien à des situations difficiles. En cas de gros coup dur, la réponse se doit d’être efficace et surtout proportionnée : il y faut du jugement, de la maîtrise de soi, du savoir-faire tactique, du métier. Tout cela ne s’obtient qu’après des heures d’entraînement et des mises en situation quasi réelles. Certains événements récents montrent que l’on n’est jamais à l’abri de « bavures » liées au stress, à la fatigue, à la sensation de toute puissance.

Il est donc nécessaire que tous les acteurs concernés comprennent bien que leur responsabilité se trouve de fait accrue et que nous autres citoyens, et surtout parents, nous observons cette évolution avec circonspection.

Contacter nous

 

Vous pourriez aussi aimer...